J'enseigne, tu éduques

Cet article de Rue 89 me fait bondir. Un enseignant obligé de crier sur la toile son désarroi face aux parents qui abandonnent leur propre rôle.

Enseigner est donc éduquer, mais éduquer n'est pas forcément enseigner. Il est du devoir des parents d'éduquer leurs enfants et de l'enseignant d'instruire. (WPFR)

Même si mon expérience parentale ne se limite pour le moment qu'à la maternelle, je suis déjà désolé de voir des parents "suggérer" aux instituteurs des actions à faire avec leur progéniture et ce de manière assez véhémente. Voire, et parce que c'est à la mode, de se plaindre auprès de la directrice d'une hypothétique théorie...

La loi autorise l'instruction à la maison. Donc, parents, si vous déconsidérez l'enseignant, faites-le ! Vous verrez que ce n'est pas un travail à la gueule du client voire un métier de fainéant. Pendant que vous êtes à votre bureau/atelier/whatever avec une dizaine de collègues dans une relative indépendance, l'enseignant est lui en train d'instruire en moyenne 30 personnes tout en collant au mieux au programme scolaire de l'année, sans parler des différences entre les enfants.

Mettez-vous dans la peau de l'instituteur qui se prend une volée de bois vert car un enfant de petite section n'est pas propre ! Est-ce son rôle ? Non. Par contre, c'est son rôle de punir l'enfant qui n'a pas effectué son travail à la maison. Laisseriez-vous votre entrepreneur immobilier impuni car il ne vous a livré qu'une partie de votre nouvelle maison ou pis n'a rien fait ?

Je crois que, plus que tout autre, le métier d'enseignant est une vocation. Et à devoir composer entre un programme de plus en plus lourd (heureusement car cela démontre que nos connaissances s'accroissent) et des parents qui ont abdiqué leur rôle d'éducateur, je ne peux que les féliciter de tenir encore bon.

Show Comments